Dernière nouvelle

21. Sept., 2020

Le couloir de secours dans le code de la route belge

Dès le 1er octobre, en cas d’embouteillage, les automobilistes devront toujours former une voie de secours d’urgence par sens de circulation sur toutes les routes à deux bandes ou plus.

Bienvenue sur mon site dédié à la mobilité et à la sécurité routière. Mon adresse mail: deom.mobilite@outlook.com

Francis Deom

Traverser la chaussée impose une prudence redoublée.

Des conseils de circonstance à l'attention des piétons

17. Janv., 2020

Traverser une rue dépourvue de passage pour piétons

La pression de l'automobile se fait de plus en plus sentir dans nos quartiers. Ceci n'est pas pour faciliter la mobilité des piétons. Les nombreux accidents relatés par la presse en témoignent. Beaucoup se produisent lors de la traversée de la chaussée. S'il faut rester prudent lorsque la traversée se fait sur un passage pour piétons, c'est encore plus vrai lorsqu'elle s'effectue en dehors d'un dispositif protégé.

Rue de Sesselich - 07h50

Vidéo

12. Nov., 2019

La circulation aux heures de pointe du matin

Les fortes densités de circulation se constataient jusqu'à présent sur les grands axes de circulation. Les entrées secondaires des petites villes comme Arlon sont aussi de plus en plus touchées par ce phénomène.

Un nouveau signal dans Arlon

15. Juil., 2019

Franchir un feu rouge est parfois autorisé

Voici peu, je franchis avec un groupe de cyclistes ce feu alors qu'il est dans sa phase rouge. Un accompagnant me reproche d'avoir brûlé un feu rouge. Il ne connaissait pas ce nouveau signal qui autorise les cyclistes à franchir le feu rouge dans le sens indiqué, à droite ou tout droit. Une seule condition, céder le passage aux autres usagers circulant sur le chaussée.

Carrefour chapelle Sainte-Croix à Arlon - Rue de Bastogne

Police: une autre philosophie de travail !

5. Juin, 2019

Evolution des contrôles de la vitesse

Quand la machine remplace l'action humaine!

22. Mars, 2019

Le vélo pour les enfants

Un diaporama qui fera découvrir à votre enfant les rudiments de la conduite d'un vélo.

Jeune lieutenant de Gendarmerie, je fais mobilité en 1983 à Arlon où j’exercerai comme adjoint au Commandant de la province  la fonction d’officier circulation  pour la province de Luxembourg. Pendant deux années, je vais découvrir cette mission que la Gendarmerie de l’époque exerce avec efficacité sur l’ensemble du réseau routier et autoroutier. A cette époque, l’étude des accidents de circulation et le travail en collaboration avec les services du MET occuperont l’essentiel de mon temps.

Deux ans plus tard, je rejoins l’Unité provinciale de circulation où je fonctionnerai  comme officier adjoint d’abord, comme commandant de l’unité ensuite durant douze années. Avec une quarantaine de policiers de la route spécialement formés aux techniques de conduite et aux législations routières, d’une équipe technique dotée notamment des radars Multanova et d’un service d’éducation routière, je vais passer de la théorie à la pratique. Les moments forts de cette période seront la mise en place de la police des autoroutes, le développement de plusieurs projets de prévention routière : l’utilisation de leurres dans la circulation, l’annonce des contrôles radar, les cours de sécurité routière au profit des élèves du secondaire etc.

En 2002, je suis désigné comme chef de corps de la zone de police de Gaume. Ce sera l’occasion de mettre en pratique au sein de ce nouveau corps né de la réforme des polices, les techniques acquises en police de la route. Grâce au  fond des amendes et fort du soutien du Collège de police qui regroupe les bourgmestres de la zone, de nombreuses actions et projets verront le jour : installation d’un dispositif de radars automatiques et préventifs, formation pratiques dans les écoles primaires aux dangers de la rue, opérations « retour gagnant » avec l’exposition d’un véhicule accidenté aux abords des lieux festifs, formation comme alternative à l’amende au profit des auteurs d’infractions etc.

En 2014, après douze année de commandement d'une zone, je quitte l’uniforme et m’investi dans le bénévolat. Fort de l’expérience acquise, je n’abandonne pas totalement l’action en matière sécurité routière. Le temps libre  qui m’est aujourd’hui accordé me permet d’écrire des articles, d’émettre aux autorités  des propositions d’amélioration de l’infrastructure et de la signalisation de sécurité routière, de participer à des groupes de travail comme celui sur la mobilité dans la commune d’Arlon ou lors des Etats généraux de l’IBSR ; c’est le fruit de ce travail que je me propose de présenter sur ce site dédié à la mobilité. Je vous en souhaite  bonne lecture. Merci d'écrire vos remarques et propositions.

Accident impliquant un transport de voitures neuves

Une majorité d'accidents n'impliquent qu'un seul usager

Les accidents impliquant un poids lourd trop nombreux

Article de presse

La Meuse consacre dans son édition du vendredi 14 octobre 2016 un article sur la création de ce site. La rubrique consacrée à la police de la route a particulièrement intéressé le journaliste.

Un Arlonais crée, en ligne, un album souvenir de la police de la route du temps de la gendarmerie

Marc DURANT

Aujourd’hui retraité, Francis Deom, domicilié à Arlon, a fait une bonne partie de sa carrière à la police de la route, avant la réforme des polices. Via Facebook, et en utilisant sa documentation personnelle, il a mis en ligne un site regroupant bon nombre de photos de l’époque.

Francis Deom, a partagé sa carrière d’officier à la police de la route, du temps de la gendarmerie, puis, après la réforme des polices, il a dirigé la zone de police de Gaume, avant de partir à la retraite. Il a gardé un excellent souvenir de ses années passées à la gendarmerie, en province de Luxembourg où il a été trois ans adjoint avant de diriger ce service assez particulier : la police de la route. Ses yeux brillent un peu plus lorsqu’il évoque cette époque : «  Ce sont quinze ans de ma vie qui furent exceptionnels. Il y avait une véritable fierté d’exercer ce métier, un esprit de solidarité dans cette unité spéciale. Nous avions aussi la reconnaissance de la population. On nous appelait les anges de la route ».

Adepte des réseaux sociaux, l’Arlonais, a retrouvé des anciens de la police de la route, via Facebook. «  Cela m’a permis de collecter un tas de photos venant de ces anciens policiers de la route à l’échelon de tout le pays. Un ami, ancien collègue, a accepté de numériser ma propre documentation de l’époque  ». Francis Deom a rassemblé tous ces documents sur un site internet. L’adresse : www.secumobilite.be

Un onglet est dédié à la police de la route. Outre les photos on y trouve aussi l’historique de ces unités spéciales, d’une manière générale et plus spécifiquement en province de Luxembourg. Il envisage d’ajouter des anecdotes. Il est aussi question sur ce site de mobilité, des voies vertes, ou encore de la neige et du verglas. Si vous souhaitez contribuer à cet album, prenez contact avec Francis Deom via Facebook.

Le stationnement sauvage à proximité des gares

Les files sur les autoroutes enneigées

les embouteillages dans les grandes villes

les files aux heures d'entrée et de sortie des classes

La circulation aux heures de pointe du matin ou du soir