Histoire en images de la Police de la route de la province de Luxembourg

En province de LUXEMBOURG

Jusqu'en 1985, la police de la route de la province de Luxembourg est constituée d'un poste de circulation regroupant les motards, d'une section technique équipée de radars et d'une piste mobile d'éducation routière. L'unité est commandée par un officier. On se souviendra du Commandant Hanus et du Commandant Potiez, les derniers chefs de cette unité avant la réforme qui va donner le jour aux Unités provinciales de circulation. A noter l'absence dans cette organisation de poste autoroutier. En effet, le réseau routier de la province de Luxembourg ne comporte aucune autoroute. La seule voie rapide est la fameuse nationale 4 mais celle-ci n'a pas le statut d'autoroute.

En 1985, l'Unité provinciale de circulation de la province de Luxembourg est crée. Dans la pratique, cela n'entraînera que peu de changements. La création de ces unités visait avant tout à fusionner les postes de police des autoroutes (PSA) avec ceux de la police de la route (PSR). Comme la province ne comptait pas de postes autoroutiers, il ne pouvait être question de fusion. Toutefois, en prévision de l'ouverture des futures autoroutes E411 et E25, la création d'un deuxième poste de circulation installé provisoirement à Neufchâteau  sera décidée. Sous les ordres de l'Adjt Magis, ce service allait très vite se constituer pour atteindre début des années 90 l'effectif de 18 policiers de la route. Le poste de circulation d'Arlon resterait quant à lui dans sa composition connue avant la réforme. Il était alors commandé par l'Adjt Mayérus qui a succédé quelques années auparavant à l'adjudant Goffin. Au commandement de l'unité viendront d'abord le Capitaine Doumont et à parti de 1989, le Capitaine Deom et ce, jusqu'en 2001. En 2001, le Capitaine Marotte, jusqu'alors officier adjoint, assurera  le commandement de l'unité qui reprendra  à la réforme des polices l'appelation de "police de la route".