7. déc., 2016

La voiture du comte de Paris retrouvée par une équipe de la police de la route d’Arlon.

"Nous sommes fin des années 70. Les polices de la route de la gendarmerie sont encore équipées des fameuses voitures de patrouille BMW. Il est 04 :00 heures du matin, l’heure de départ du « service météo ». Il s’agit pour cette équipe de sillonner les grands axes de circulation de la province pour donner la situation sur l’état des routes et de la circulation au Wing météo de la force aérienne. L’ensemble des informations ainsi recueillies sur l’ensemble du pays permet d’affiner les premiers bulletins sur les conditions du trafic .
L’équipe est constituée de deux policiers de la route expérimentés. La formation pour intégrer ces unités de police de la route s’étale à cette époque sur quatre mois. Etude approfondie des législations routières, conduite des voitures rapides, pilotage d’une moto, le tout sanctionné d’un examen dont la réussite permet d’obtenir le brevet de policier de la route. L’équipe n’a pas encore quitté Arlon qu’elle tombe sur un premier véhicule suspect. Les deux occupants contrôlés, ceux-ci sont arrêtés pour séjour illégal. L’affaire est promptement remise à la permanence mobile de la brigade locale pour suivi d’enquête. La patrouille peut reprendre son service. Direction Martelange, Bastogne par la fameuse nationale 4. Arrivé à hauteur du dépôt de sel de Martelange, nouvelle situation suspecte. Deux individus sont surpris en flagrant délit de vol. Contrôle, arrestation et remise de l’affaire à la brigade locale. L’équipe reprend sa route. Bastogne, nos policiers remarquent une voiture de sport stationnée face à l'hôpital. Elle porte une plaque française immatriculée 13 (Marseille)... Deux hommes sont à bord. La situation est pour le moins suspecte. Ils décident d'intervenir. A peine se sont-ils approchés du véhicule que le chauffeur démarre en trombe en direction d'Houffalize. Des injonctions d’arrêt sont données mais en vain. Les deux voitures sont lancées à vive allure. Malgré la puissance de la BMW et les qualités de pilote du chauffeur, la voiture suspecte creuse l’écart. A cette vitesse, il prend d’énormes risques qui ne peuvent que le conduire à l’accident pensent les deux gendarmes. Et de fait, dans un virage particulièrement serré dénommé "le virage de la Charmie" à Houffalize, le pilote perd le contrôle de son véhicule. Arrivés sur place, le véhicule, sans dommages apparents, est suspendu sur l'aqueduc à gauchede la chaussée, les quatre portières sont ouvertes et les occupants ont disparu dans une sapinière toute proche. . Dans la voiture, une Lamborghini…, , des papiers, un révolver et des munitions éparses sur le siège arrière…Alerté des faits, le commandant du district de gendarmerie de Bastogne rappelle du personnel et organise lui-même les battues. Celles-ci se poursuivront tout le jour pour finalement conduire à l’arrestation des deux fuyards par la brigade d'Houffalize. Dans leurs poches seront retrouvées des munitions de Winchester. Ils avouent s'être débarrassés d'une carabine lors de leur fuite. Elle sera effectivement retrouvée durant la nuit, emballée dans un sac de plastique et cachée au pied d'un arbre. L’enquête déterminera qu’il s’agit de truands corses. La voiture qu’ils conduisaient est propriété du comte de Paris. Elle lui a été volée quelques jours auparavant. Lors des interrogatoires, ils reconnaîtront devant le gendarme venu les reconnaître que s'ils avaient pu imaginer un tel dénouement, ils auraient abattu les policiers de la route.
L’affaire fit grand bruit à l’époque. Les deux gendarmes reçurent les félicitations du Commandant du groupe territorial de la province de Luxembourg et du Commandant de la Gendarmerie. Le Duc d'Orléans fils du Comte de Paris fit le déplacement lui-même pour récupérer la belle voiture non sans avoir apporté avec lui deux caisses de champagne. L’histoire ne dit pas qui les a consommées. Ce qui est sûr, c’est qu’une bouteille fut remise à nos policiers en remerciement pour leur fait d’arme.
"

Histoire racontée par un ancien de la police de la route d'Arlon