Les hoverboards dans la circulation.

Le marché propose aujourd’hui toute une gamme de nouveaux engins de déplacement. Parmi ceux-ci, les hoverboards séduisent un public toujours plus important. En quoi se distinguent-ils des autres appareils ? Quelle est leur place sur la voie publique ? A quelles obligations répondent-ils ? Quelles précautions prendre pour éviter l’accident ? Sécunews fait le point sur ces engins, qui relèvent de plusieurs règlementations.

Le « hoverboard »est une évolution du skateboard, dépourvu de roues et permettant de planer quelques centimètres au-dessus du sol. D'abord invention fictive créée pour le film Retour vers le futur 2, plusieurs sociétés ont développé diverses technologies se rapprochant du concept initial. Le produit dont on parle souvent sous le nom d’hoverboard ne plane donc pas au dessus du sol mais roule plutôt sur ses 2 roues… L’appeler « hoverboard » est donc un mot totalement détourné qui ne reflète pas l’objet mythique du film.

Bien qu’il existe un certain nombre de points communs avec le gyropode ou segway,, l’hoverboard ne possède pas de guidon ou de manche, telle que la définition du mot gyropode le prévoit dans le journal officiel des termes : « Véhicule électrique monoplace, constitué d’une plateforme munie de deux roues sur laquelle l’utilisateur se tient debout, d’un système de stabilisation gyroscopique et d’un manche de maintien et de conduite. »

Mais cet engin subit aujourd’hui la concurrence d’un nouvel appareil venu du Japon et appelé le « Walk Car ».

Il s'agit en fait d'une planche équipée de roulettes et d'un petit moteur alimenté par une batterie en lithium. Le tout pouvant atteindre une vitesse de 10 km/h et parcourir une distance de 12 km après une charge de 3 h.

Pour démarrer, il suffit de monter sur l'engin, et pour s'arrêter, d'en descendre. Selon la vidéo de présentation, le maniement du "Walk Car" répond au poids du corps et paraît assez aisé. À en croire l'agence Reuters, c'est aussi le futur du déplacement urbain, notamment parce que l'objet est "assez petit pour être rangé dans un sac à dos". Son poids varie entre deux et trois kilos selon les versions.

 Enfin, une variante de l’hoverboard traditionnel est celui avec un manche entre les genoux pour se diriger et des grandes roues : le Ninebot Mini Pro.Beaucoup plus proche d’un gyropode traditionnel, ce nouvel engin risque bien de venir faire de l’ombre aux simples planches électriques…

A quelles règles sont soumis ces engins particuliers ?

En Belgique, il existe, depuis le 3 février 2007, un arrêté royal relatif aux engins de déplacement. Le gyropode (NDLR : plus communément appelé Segway) fait partie des « nouveaux engins de déplacement ». C’est le cas aussi de l’hoverboard. Il est assimilé à un piéton s’il respecte la vitesse du pas sur les zones prévues comme le trottoir. Il est également possible de se déplacer sur les routes ou les pistes cyclables dès que l’on dépasse la vitesse du pas.

C’est en effet la vitesse de déplacement qui est prise en compte et non les caractéristiques de l’engin, contrairement au Luxembourg. Dans ce pays, les hoverboards sont soumis à la même législation que les rollers et les skateboards. Leur utilisation est interdite sur la voie publique.                                                                                                                                                 Les règles que les autres usagers doivent respecter à l'égard des piétons et des cyclistes respectivement sont également applicables à l'égard des utilisateurs d'engins de déplacement.

Enfin, aucune immatriculation n’est nécessaire, contrairement à l’Allemagne par exemple.

Quelles précautions prendre lorsqu’on utilise un hoverboard ?

Un gyropode peut souvent accéder facilement à des espaces en pentes ou à des trottoirs par exemple, contrairement à l’Hoverboard qui ne peut s’utiliser que sur des surfaces bien planes. En bref, on ne se déplace pas de la même façon, le gyropode permettra d’accomplir réellement une distance de plusieurs kilomètres dans des conditions variées, l’hoverboard est pour sa part plus pour le fun, sur un petit périmètre dégagé et platLors d’un test, Alexandre Colleau, journaliste au journal Le Soir écrit : « L’utilisation de l’hoverboard est un réel plaisir, à condition cependant de l’utiliser dans des endroits adaptés : un parking peu fréquenté, une route en très bon état et peu fréquentée également ou tout simplement sur un trottoir, mais gare à votre sécurité, ainsi qu’à celle des piétons. » À bon entendeur… (La Meuse mercredi 25 mai 2016)

Enfin, le port d’un casque et une formation préalable sont vivement conseillés.

NB. La législation sur les engins de déplacement fait l’objet des news du 15 et du 23 juillet 2014. Voir le site "secunews.be".

Pour en savoir plus sur les conditions de sécurité à respecter pour éviter tout incident, voir le site :"http://www.passionsante.be/index.cfm?fuseaction=art&art_id=24627".

 Les conseils de sécurité

1° - Optez pour un produit avec la mention CE et une garantie de 2 ans (obligatoire en Europe).

2° - Apprenez à l’utiliser sur une surface lisse et dans un endroit où il n’y a pas de trafic, de préférence sous surveillance. Il est également important de vous entraîner pour des obstacles que vous rencontrerez souvent sur la route. Il est préférable de suivre un cours pour apprendre les bases. La recherche a montré que la plupart des accidents concernent des enfants qui ont utilisé pour la première fois un skateboard, un waveboard ou un hoverboard.

3° - Ne laissez pas les enfants de moins de 10 ans utiliser un tel appareil sans surveillance, à moins qu’il ne soit spécifiquement conçu pour eux.

4° - Portez des protections, surtout au début : aux poignets, aux coudes et sur la tête.

5° - Respectez le poids minimum et le poids maximum recommandés.

6° - Respectez la limite de 18 km/h.

7° - Ne roulez pas sur le trottoir quand vous allez plus vite qu’à pied. Si vous roulez sur le trottoir, restez attentif aux piétons.

8° - Avec des dispositifs gyroscopiques, il est difficile de garder le contrôle. Il est donc très important d’anticiper les dangers au maximum.

9° - Si vous n’avez pas de clignotant, indiquer votre intention de tourner avec votre bras peut s’avérer difficile parce que vous risquez de perdre l’équilibre.

10° - Les irrégularités au sol peuvent être dangereuses. Soyez toujours attentif, surtout sur les terrains inconnus.

11° - La nuit, portez un gilet fluorescent et veillez à vous équiper d’une lampe blanche à l’avant et d’une lampe rouge à l’arrière si votre appareil n’en a pas.

12° - Bien que ce problème soit rare et se produise plutôt avec les appareils de gamme inférieure, il existe un risque d’incendie ou d’explosion. Il est donc préférable de ne pas charger l’appareil en continu, pour éviter une surchauffe.

 

 

 

 

Bien cordialement,

Francis Deom