Rue réservée au jeu

3. juil., 2017

Ah qu’il est loin le temps où la rue était l’espace de jeu  des  enfants.  Aujourd’hui, la place de la voiture dans nos villes, villages et quartiers est prépondérante.  Et le non-respect des limitations de vitesse constitue la préoccupation majeure de la population en matière de sécurité routière. Les jeux  dans la rue ont ainsi disparu petit à petit. Mais ces dernières années, une tendance au  rejet du tout à la voiture a vu le jour. Face notamment à la désertification des centres-villes et aux dangers de la circulation pour les usagers dits faibles, on assiste à une  volonté de réappropriation de l’espace public par les habitants.  Ainsi, les politiques d’aménagement du territoire  sont orientées  vers  la gestion qualitative du cadre de vie et une mobilité maîtrisée. En d’autres termes, il s’agit essentiellement de diminuer la place de la voiture, de réduire les nuisances générées par celle-ci  et de  soutenir le développement et l’usage des modes doux de déplacement. De nouvelles notions sont ainsi apparues dans le code de la route, toutes poursuivant cet objectif de rendre à la chaussée sa fonction de séjour et pas uniquement de circulation. Une des premières mesures apparue en 1970 est celle de la possibilité de création de zones de jeux sur la voie publique.

Qu’est-ce qu’une rue réservée au jeu ?

Il s’agit d’une rue fermée temporairement à la circulation motorisée, où les enfants peuvent jouer librement sur toute la largeur de la voie publique. Seuls les conducteurs des véhicules à moteur habitant dans la rue ou dont le garage se trouve dans ladite rue, de même que les véhicules prioritaires, lorsque la nature de leur mission le justifie ainsi que les véhicules en possession d'une autorisation délivrée par le gestionnaire de voirie et les cyclistes, y ont accès.
Les conducteurs qui circulent dans les rues réservées au jeu doivent le faire à l’allure du pas, qu’ils soient automobilistes ou cyclistes ; ils doivent céder le passage aux piétons qui jouent, leur céder la priorité et au besoin s’arrêter. Les cyclistes doivent descendre de leur bicyclette si nécessaire. Les conducteurs ne peuvent pas mettre en danger les piétons qui jouent ni les gêner. Ils doivent en outre redoubler de prudence en présence d’enfants.

Une rue réservée au jeu, oui mais laquelle ?

 N’importe quelle rue ne peut pas être bloquée temporairement à la circulation. La vitesse doit d’abord y être limitée en temps normal à 50 km/h. La rue ou le quartier doit être orienté vers l’habitation et ne pas être sur le chemin des transports en commun ni accueillir une circulation de transit. Elle se situe généralement en ville dans les zones où les espaces verts sont rares et les plaines de jeux éloignées.

Concrètement, comment cela marche ?

Il s’agit bien d’une initiative personnelle d’un ou plusieurs riverains. Ils deviennent alors « parrain » et « marraine ». Pour mener à bien ce projet, ils doivent obtenir une majorité d’avis positifs des habitants.

Les jours de fermeture et la plage horaire sont définis par les organisateurs selon leur convenance.

La demande d’autorisation doit se fait auprès de la commune et de la police qui remet un avis. Une ordonnance de police pour la fermeture temporaire de la rue peut être octroyée pour un ou plusieurs jours définis et suivant une plage horaire.

Pendant les heures où la voie publique est signalée comme rue réservée au jeu, une infrastructure de jeux peut y être installée à condition de ne pas empêcher le passage des conducteurs autorisés à y circuler ainsi que des véhicules prioritaires.
La voie publique que l’on veut aménager en rue réservée au jeu doit être fermée temporairementchaque fois pendant les mêmes heures.
Des barrières doivent être placées en suffisance afin de délimiter clairement la rue réservée au jeu. Sur les barrières un signal C3 et le panneau additionnel « rue réservée au jeu » sont fixés fermement. Les heures pendant lesquelles la rue est instaurée comme rue réservée au jeu sont indiquées sur le panneau additionnel.

La rue réservée au jeu : une solution pour améliorer la qualité de vie en ville !

L’idée de réserver certaines rues au jeu connait un regain d’intérêt. Et on peut le comprendre au vu des nombreux avantages que cette solution présente. L’impact de ces rues sur les habitants est indéniable. Les enfants concernés bougent nettement plus et sortent plus souvent de la maison ; ils se font plus d’amis et  peuvent jouer en toute liberté; le risque d’accident avec les voitures est fortement diminué de même que  la pollution locale de l’air. Enfin, une telle rue devient plus qu’un simple espace de jeu supplémentaire : elle rassemble les voisins et contribue au sentiment de solidarité. (1)

À voir ailleurs

Pour en savoir plus sur ce genre d’initiative, rendez-vous sur:                             https://codedelaroutebelge.wordpress.com/2015/08/04/rue-reservee-jeu/

http://www.ieb.be/-Les-rues-reservees-aux-jeux-a-

 


 

(1)   Sara D’Haese, Université de Gand

3. juil., 2017
3. juil., 2017
3. juil., 2017