De la théorie à la pratique

1. Prérequis

Pour circuler en milieu aggloméré et aux alentours, que dois-je savoir et être capable de mettre en pratique ?

La matière :

- L’équipement du vélo et du cycliste de jour et de nuit

- La place sur la voie publique

- Le changement de direction

- Les règles de priorité :

         Aux carrefours et ronds-points

         Lors des manœuvres

         En cas de tourner à gauche/à droite

- Les familles de signaux  et quelques signaux à connaître

- Les aménagements pour cyclistes : la piste cyclable, les chevrons, le SUL, le ZAC, le feu franchissable, le chemin réservé et notamment le trottoir partagé, la traversée cyclable…

- Les règles de prudence :

         La technique du regard

         L’anticipation des dangers

         La réaction face à une situation à risque

Aptitudes du jeune cycliste

Les aptitudes de base pour la conduite dans la circulation sont les suivantes :

        Démarrer sans zigzaguer

        Rouler droit, même à vitesse très lente

        Suivre une trajectoire déterminée en virage

        Ralentir, freiner en utilisant les deux freins en même temps, doser le freinage pour s’arrêter à un endroit précis

        Conserver une trajectoire rectiligne en tendant le bras ou en regardant vers l’arrière

        Prévoir et maintenir une distance de sécurité

Equipement

Un vélo ordinaire est préconisé pour l’apprentissage sur la voie publique. Celui-ci offre toutes les garanties de sécurité en terme de freinage, il comporte obligatoirement deux freins au contraire du vélo à petites roues, et en terme de signalisation car il doit être équipé en tout temps de l’ensemble des catadioptres prévus par la législation.

Le vélo doit par ailleurs être adapté à la taille de l’enfant. La hauteur de la selle est déterminante pour permettre au cycliste une posture adéquate sur le vélo. Ceci implique qu’elle pourra être réglée aisément en cours d’utilisation. Enfin, Les pneus doivent être bien gonflés et en bon état (pas de déchirure)

L’élève-cycliste doit également porter une tenue lui apportant sécurité et visibilité :             

- gilet fluorescent à bandes rétro réfléchissantes ou  veste fluorescente intégrant des éléments réfléchissants répondent aux normes européennes. Vérifiez qu’elles portent bien les labels EN 471 ou EN 1150.

- des vêtements qui donnent une liberté de mouvement suffisante sans être trop amples

- si une capuche est utilisée, vérifiez qu’elle n’entrave pas le champ de vision et qu’elle suive le mouvement de la tête

- des chaussures adaptées et des lacets courts et bien noués

- le port du casque est obligatoire dans le cadre d’une formation

 

Comment choisir un casque ?

  • Vérifiez qu’il porte le label d’homologation européenne EN 1078 ou 1080.
  • Essayez le casque : serrez bien la jugulaire et remuez la tête. Si le casque bouge ou serre trop fort, prenez une autre taille. Attention : un casque n’est réellement efficace que si les sangles sont correctement tendues sous le menton.

            

- Des vêtements couvrant bras et jambes, ainsi que des gants, protègeront l’élève des brûlures en cas de chute.

2. Exercices sur piste

Après la théorie, place à la pratique ! Accompagnés par un formateur, les enfants devront apprendre à se déplacer sur une piste en respectant la signalisation, les consignes de sécurité et les règles de circulation.

Objectifs

•         Faire progresser l’enfant dans sa maîtrise de la bicyclette

•         Respecter les règles de circulation et les autres usagers

3. Exercices dans la circulation

L’élève est maintenant prêt à une immersion à vélo dans la circulation

Objectifs

Être capable de circuler à vélo dans l’espace public et donc :

•  à anticiper le comportement des autres usagers,

•  à vous positionner correctement sur la route,

•  à tourner à gauche,

•  à aborder un rond-point,

•  à emprunter un sens unique limité (SUL)

•         ...

Sécurité et accompagnement

Lors des exercices dans la circulation, il faut avant tout mettre l’accent sur la sécurité de tous les élèves. Il est donc important de mettre au préalable les choses au clair. Avant le départ, il faut convenir de signaux que les élèves doivent toujours identifier et suivre (par exemple: un coup de sifflet signifie qu’ils doivent être extrêmement prudents pour l’une ou l’autre raison, deux coups de sifflet signifient qu’ils doivent s’arrêter immédiatement, ...). Il faut par ailleurs veillez à un accompagnement suffisant lors de ces exercices dans la circulation ou lors de randonnées à vélo.                                           

Il est déconseillé de laisser l’enfant circuler seul, même sur des voies tranquilles, avant 10 ans, voire 12 ans, si c’est en ville ou sur des voies fréquentées. En effet, avant 12 ans, un enfant cycliste a du mal à faire face à une circulation complexe et à prendre rapidement les décisions qui s’imposent. Ceci laisse à penser qu’un accompagnement individuel s’impose. L’adulte « serre-file » qui est derrière l’enfant doit se décaler légèrement vers l’intérieur de la route : cela permettra de rendre visible la présence de l’enfant pour le véhicule arrivant de l’arrière et le protéger. Pour plus de sécurité encore, les endroits présentant des risques seront sécurisés par un signaleur et /ou des panneaux indiquant le passage de cyclistes en apprentissage.

L’itinéraire

L’itinéraire doit être choisi en tenant compte des critères suivants :                                       

-  être suffisamment sûr tenant compte de l’âge des enfants, de leurs connaissances et de leur pratique du vélo

-  offrir une variété de situations permettant la consolidation des acquis théoriques

L’itinéraire doit-il être balisé et si oui, comment ?

Dans le cas d’un accompagnement individuel, le guide peut indiquer verbalement le chemin à suivre. Cela suffira certainement s’il y a eu une reconnaissance préalable de l’itinéraire par les élèves. Cette manière de faire permet à l’élève de rester concentré sur la conduite de son vélo. Tout au plus, un fléchage à l’approche des intersections peut-il être prévu au sol ou au moyen de panneaux. D’aucuns prévoient un marquage indiquant la trajectoire à suivre. Ceci peut se concevoir pour une première sortie. Le rôle de l’accompagnant se trouve alors réduit au contrôle de la bonne exécution des manœuvres et au rappel des règles en cas de lacune. En cas de difficulté dans l’exécution d’une manœuvre, l’accompagnateur pourra effectuer une démonstration.

Une reconnaissance de l’itinéraire permettra de réduire le risque d’accident. Les objectifs poursuivis ici seront de bien repérer tous les dangers et  faire découvrir les comportements les plus sûrs à adopter. Ce sera également l’occasion pour expliquer aux élèves qu’ils doivent, par moments (mauvais temps, pluie, feuilles mortes, nuit) et par endroits, redevenir piéton. Par exemple, pour tourner à gauche à une intersection complexe, leur recommandez de descendre de vélo et de traverser à pied sur les passages pour piéton.

Le bon comportement sur le circuit

- Une règle d’or : respecter le code de la route, notamment les feux, stop, et cédez-le-passage… mais également l’interdiction d’utiliser un téléphone portable tenu en main, etc.

- Sur la chaussée, rouler à droite, mais ne pas serrer de trop près le bas-côté des routes de campagne (attention aux ornières et gravillons), ni les véhicules en stationnement en ville (gare aux ouvertures de portières intempestives, aux piétons qui débouchent entre deux voitures, etc.) Une distance de sécurité d’un mètre est souhaitée. Il est interdit de rouler sur les trottoirs (sauf pour les enfants de moins de 10 ans). Circuler sur les aménagements cyclables lorsqu’ils existent s’impose (certains sont obligatoires).

- Avant de tourner, l’élève doit regarder toujours à gauche et derrière pour vérifier qu’il peut le faire sans risque. Tendre le bras pour indiquer l’intention de changer de direction est une obligation légale.

- Attention aux angles morts ! Notamment ceux des poids lourds et véhicules de transport en commun. Selon sa place par rapport au véhicule, le cycliste sera visible ou non. L’important est de toujours garder le contact visuel : si le cycliste peut voir le chauffeur, il peut le voir aussi.

- Ne pas remonter les files de voitures par la droite. Non seulement on risque de surprendre les autres conducteurs, qui ne s’attendent pas à voir un usager circuler de ce côté, mais en plus on risque de se trouver dans leur angle mort.

- Redoublez de prudence aux intersections. C’est là que le risque de conflit avec les autres véhicules existe, même si on circule sur une piste cyclable. Dans les carrefours difficiles, ne pas hésiter à descendre de son vélo et à emprunter les passages pour piéton. Dans les giratoires, il faut rester sur la voie la plus à droite. Puis il faut penser à tendre le bras pour signaler la sortie, tout en jetant un coup d’œil la gauche pour vérifier qu’un autre usager ne quitte pas l’anneau au même moment…

Pour en savoir plus:

https://conseilsport.decathlon.fr/conseils/comment-circuler-velo-avec-son-enfant-tp_17248

http://www.sport-adeps.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=c97dc064b8818775013df62e7bde0a4dc79a2587&file=fileadmin/sites/adeps/upload/adeps_super_editor/adeps_editor/documents/Benji/Cle_Forme_revue/Cles_Forme_19-20_p_1-20.pdf

https://www.preventionroutiere.asso.fr/2016/04/04/lui-apprendre-a-faire-du-velo/