La protection des piétons

19. oct., 2021

Protéger les abords de l'école est le souci de tous, parents, enseignants et gestionnaires de la voirie. La mise à sens unique de la voirie est une solution tentante. En effet, cette solution permet de mieux gérer la circulation à hauteur de l'école, de réduire le risque d'accident lors des traversées, de réserver une partie de la voirie à une bande de stationnement , un cheminement pour les usagers faibles etc... Que du bon donc? Et pourtant, d'aucuns n'y voient pas que des avantages!

Jacques ROBIN est un ingénieur-accidentologue français, président de l'Institut national pour la sécurité des enfants et intervenant départemental de sécurité routière en milieu scolaire. Dans son Traité de sécurité routière à l'usage des enseignants et des parents, voici ce qu’il en dit : « Éviter d'instaurer la rue de l'école en sens unique car c'est la rue la plus connue, la plus fréquentée par les enfants. C'est donc là que les habitudes vont être prises. Si elle est à sens unique, les enfants vont  graver dans leur tête le réflexe de ne regarder que d'un seul côté, ce qui leur jouera des tours dans les autres rues».

Ceci est un avis parmis d'autres. Mais il n'est pas dénué de fondement. Et que dire alors des surveillants habilités qui assurent la traversée des enfants sur les passages pour piétons? N'y a-t-il pas là aussi un danger d'estomper la norme qui est l'arrêt obligatoire devant tout passage traversé ou sur le point d'être traversé par un enfant? Et oui, les enfants sont partout !

 

 
19. oct., 2021

Le passage ainsi placé offre aujourd'hui une meilleure sécurité aux piétons.

19. oct., 2021

Les passages pour piétons ont pour vocation de protéger le piéton dans sa traversée de la chaussée. Aux intersections, leur positionnement n’est pas  toujours des plus heureuses. Généralement tracés dans le prolongement des trottoirs, ils sont dans ce cas peu respectés par les conducteurs  qui s’avancent au plus près du carrefours  pour bénéficier d’un maximum de visibilité ou dans le sens contraire pour ceux qui quittent le carrefour  en ignorant la présence éventuelle de piétons engagés sur le passage ou sur le point de s’y engager. Cette situation, nous l’avons connue au passage situé sur la rue de la Semois à son intersection avec la place de l’Yser. Des piétons y ont été renversés. Et cela n’est pas étonnant quand on connaît les lieux. Aux heures de pointe, ce carrefour est l’un des plus saturé de la ville. Le piéton se voyait ainsi obligé de slalomer entre les voitures à l’arrêt. Par ailleurs, la configuration de ce carrefour en croix de Saint-André,  réduisait fortement la visibilité vers la droite ou la gauche selon le sens suivi.

Il fallait réagir ! C’est ce qui a été fait en déplaçant le passage d’une vingtaine de mètres. En espérant maintenant que les piétons accepteront cet allongement de leur parcours.