Le rail dans nos provinces au début du XXième siècle

 

"Là où le « grand » chemin de fer atteignit ses limites techniques et géographiques, les chemins de fer vicinaux prirent le relais. L’adjectif « vicinal », s’appliquant à un chemin, signifie «qui sert de moyen de communication entre plusieurs villages».

Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les ouvertures de lignes en Luxembourg se succédèrent. Entre 1886 et 1911, il s’en ouvrit pas moins de dix-sept (totalisant 400 km, autant que le grand chemin de fer), dont la plus longue de Belgique qui, sur 81 km, reliait Marche à Martelange via Tenneville, Amberloup et Bastogne.

Avec le recul, on peut affirmer que le rail bouleversa les conditions de vie de l’Occident tout comme le firent, deux mille ans auparavant, les chaussées romaines.

Dans notre province, ce moyen de transport efficace et peu coûteux donna un essor ou un souffle nouveau à nombre d’activités industrielles pouvant écouler leur production."

https://traces-memoire.luxembourg-belge.be/trains-du-luxembourg-belge/